fbpx Furies | Actes Sud Aller au contenu principal

Furies



Les destins d’une jeune archéologue, dévoyée en trafiquante d’antiquités, et d’un pompier syrien, devenu fossoyeur, se heurtent à l’ expérience de la guerre. Entre ce qu’elle déterre et ce qu’il ensevelit, il y a l’histoire d’un peuple qui se lève et qui a cru dans sa révolution.

Variation contemporaine des "Oresties", un premier roman au verbe poétique et puissant, qui aborde avec intelligence les désenchantements de l’histoire et "le courage des renaissances". Un hommage salutaire aux femmes qui ont fait les révolutions arabes.

août, 2021
11.50 x 21.70 cm
288 pages


ISBN : 978-2-330-15385-4
Prix indicatif : 20.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
Prix « Envoyé par La Poste » -

Le roman de Julie Ruocco est un récit initiatique d'une force insoupçonnée. […] Cet incroyable premier roman témoigne d'une maîtrise de l'écriture et de l'intrigue. Il est tout en retenue et pudeur. Le sort qui s'attache aux personnages principaux est d'une profondeur inouïe. À lire absolument.

Alain Derey, MIDI LIBRE

C'est âpre, violent et pourtant ce premier roman est aussi celui de l'amour, de la survie malgré l'intolérable, de la possible reconstruction et surtout il porte la voix des femmes qui ont le courage de se dresser contre l'oppression des hommes. Poignant et beau comme une tragédie antique : à lire ! 

Fabienne Boidot-Forget, LE REPUBLICAIN DE L'ESSONNE

En travaillant à partir d'archives et en mêlant mythologie et combats d'hier et d'aujourd'hui, Julie Ruocco nous dévoile un premier roman maîtrisé à la perfection. Certaines scènes, d'une grande violence, dépeignent comment certains pays vivent l'horreur au nom de la religion. Vrai coup de cœur pour ce livre extrêmement bien écrit, au verbe lyrique et à la plume exigeante. 

Coline Chardon, NICE/VAR MATIN

Avec ce premier roman très réussi, la jeune auteure Julie Ruocco rend hommage aux femmes qui prennent leur part dans les révolutions. 

Les jeux de Maxi

Un témoignage poignant et crédible qui raconte le quotidien d'un peuple écartelé entre violence d'Etat et violences islamiques, exécutions, tortures, disparitions, exils. […] Julie Ruocco fait preuve ici d'une belle maturité, dont le fruit est la conscience de ne pas laisser s'éteindre le souvenir des victimes de toutes les barbaries. Parlant aussi de destins de femmes, veilleuses, victimes, combattantes - elle leur rend un hommage intelligent et sensible qui donne de la puissance au récit.

Bertrand Devevey, ATLANTICO

La grosse claque de cette rentrée littéraire pour moi. Un roman d’une grande sensibilité et d’une grande humanité. 

Mademoiselle Maeve, FRANCE BLEU TOURAINE

C’est plus de 10 ans de guerre en Syrie que vous racontez dans ce roman à travers vos personnages. […] C’est aussi un livre qui nous interpelle, nous lecteurs et lectrices de Suisse, de France, de cet Occident qui a laissé faire cette guerre.

Yann Amedro, RTS

Dans ce premier roman impressionnant, Julie Ruocco nous plonge dans « un pays qui se transforme en charnier dans l’indifférence des nations » […] L’écriture de Julie Ruocco est transcendée par cette montagne de souffrance, elle emporte le lecteur comme un incendie.

L'ALSACE

Elles sont partout, ces « Furies », déesses et combattantes, réfugiées ou révolutionnaires kurdes, et Julie Ruocco leur rend hommage avec constance, portée par une écriture qui ne dédaigne pas le lyrisme.

Dans ses bagages littéraires, Julie Ruocco range Hannah Arendt et Justine Augier pour accompagner son Électre moderne. Ses Furies sont aussi bien antiques que contemporaines, mais elle refuse surtout d’oublier Razan Zaitouneh, avocate syrienne enlevée en 2013 […] et depuis portée disparue, et sa bande de combattantes qui sont en exergue de ce livre bouleversant.

Christine Ferniot, TÉLÉRAMA

Combien de reportages a-t-on déjà lus et vus sur les révolutions plus ou moins avortées du printemps arabe, le conflit syrien, les réfugiés entassés dans des camps, l’héroïsme anonyme des combattantes peshmerga de la résistance kurde, combien ? Tant et plus. Or voilà qu’un roman, et en plus un premier roman, brasse tout ça à nouveau et, à notre grande surprise, nous prend dans son tourbillon furieux. Julie Ruocco a fait preuve d’un culot monstre en dépassant ce que nous savions grâce au journalisme de témoignages et de terrain : la folie des hommes, la violence de l’histoire qui se répète encore et encore, la condition inhumaine que l’époque impose, aveugle et tragique, à bien des peuples.

Documentation fouillée - et surtout digérée - à l’appui, ce roman d’un réalisme saisissant dans ses descriptions fait évoluer les protagonistes dans un monde en ruines mais pas sans espoir. […] Au-delà de l’effondrement et du désenchantement, ce premier roman très incarné en forme d’odyssée est, au fond, un éloge de la transmission. Un grand bravo à Julie Ruocco qui fait là une belle entrée en littérature.

Antoine Dufraisse, LE MATRICULE DES ANGES

Un premier roman très ambitieux, puissant, fort documenté.

Guy Duplat, ARTS LIBRES / LA LIBRE BELGIQUE

Julie Ruocco déploie son écriture « poépique », son lyrisme sûr dans ce premier roman qui est une chose rare : un songe de 300 pages où la reproduction fidèle de la réalité cède la place à une véritable création. 

Marine de Tilly, LE POINT

Un premier roman qui impressionne par l’évidence de son écriture. 

Face aux mots évidés se dresse l’évidence d’une écriture, celle de la primo-romancière. Sa capacité à présenter devant les yeux de son lecteur les fragments qu’elle arrache furieusement au réel comme à son imagination étonne. 

Mais Julie Ruocco n’abandonne pas tout au drapeau noir. Le style pictural de l’autrice ménage aussi des refuges, dans l’enténèbrement général, pour la résistance des couleurs, des sons, des chants et des visages […] Certaines de ces scènes sont évidemment bouleversantes. Mais, si Julie Ruocco organise un tel choc esthétique, c’est manifestement dans le seul but de poser cette question : comment voulez-vous fermer les yeux ? 

Zoé Courtois, LE MONDE

Un roman sur la Syrie d’aujourd’hui. [Julie Ruocco] fait vivre ses jeunes personnages avec vivacité, talent et intelligence. 

Oriane Jeancourt, FRANCE CULTURE, dans "AFFINITES CULTURELLES"

La description de ces paysages de fin du monde, de l'élan de ce peuple qui se lève est captivante. Ce roman de Julie Ruocco, bel hommage aux femmes des révolutions arabes et à leur quête de justice, claque comme un cri, révolté et puissant. La plume est riche, dense, tel un souffle haletant. Brillant.

LE PARISIEN / AUJOURD'HUI EN FRANCE WEEK-END

Sans didactisme ni manichéisme, Julie Ruocco retrace une géographie de l’horreur au sein de laquelle les crimes de masse du régime d’Assad croisent ceux de l’État islamique […]. Ce premier roman impressionne par son ampleur, son âpreté, son souffle, sa langue aussi magnétique que précise. Furies convoque la tragédie antique et les anciens mythes, brasse destins collectifs et individuels. Jusque dans les dernières pages poignantes et lumineuses.

Christian Authier, LE FIGARO MAGAZINE

On aime : la richesse d’un roman contant la renaissance d’une femme sans illusions et l’ultime mission d’un homme qui a tout perdu, tout en rendant compte de l’écrasement dans le sang des révolutions arabes. 

Minh Tran Huy, MADAME FIGARO

A hauteur d’hommes et surtout de femmes, l’auteure rend hommage à celles qui ont fait les révolutions arabes et, pour beaucoup, n’en ont pas réchappé. A l’image des Furies du titre, leur fantôme parcourt de leur insoumission ces pages âpres et vibrantes, qui signent l’entrée en littérature d'une plume à ne pas manquer parmi le foisonnement de la rentrée.

Laëtitia Favro, LIRE LE MAGAZINE LITTERAIRE

Un premier roman poignant, qui nous confronte à la barbarie humaine et au caractère cyclique de l’histoire. 

Julie Ruocco signe une odyssée puissante qui nous mène à la frontière syrienne. 

Astrid Herkens, L'ECHO BELGIQUE

Le premier roman de Julie Ruocco est comme une claque, une vérité éclatée en pleine figure. Il est si éblouissant, que nous le sélectionnons pour notre Prix littéraire. Furies est une réalité sans fard, que nous Occidentaux peinons à ignorer. 

Eliane Bedu, MARE NOSTRUM

Du même auteur