Aller au contenu principal

Dolorès ou le Ventre des chiens



“Je ne suis rien. Je n’ai pas été violée, je n’ai pas été abusée, je n’ai pas eu faim. Vous pensez qu’il faut avoir été violée pour porter le viol, abusée pour ressentir l’abus, avoir eu faim pour être assourdie par le cri des ventres creux ?”

C’est la fin d’une traque. Dolorès Leal Mayor vient d’être appréhendée. Elle est accusée d’avoir assassiné une dizaine d’hommes après les avoir séduits. D’avoir ouvert partout dans le pays une brèche, déclenché une vague de fureur chez les femmes, victimes du capitalisme et de son patriarcat.
Pour tenter de juguler l’épidémie de meurtres, Antoine Petit, jeune psychiatre rongé par une désespérance sourde et aux prises avec l’addiction, est sommé de déclarer Dolorès irresponsable de ses actes. On veut éviter le procès qui entérinerait son statut d’icône. Au fil des entretiens qu’il mène dans un centre pénitentiaire niché au cœur des Alpes, Antoine se confronte alors à Dolorès. Et entre ces deux êtres en déshérence, abîmés chacun à sa manière, se met en place un jeu de dupes aux étranges échos, tissé de colère, d’accablement, de certitudes et de doutes. Jusqu’à la vérité.
Fable contemporaine sur la violence induite par le poids de l’oppression, “Dolorès ou le Ventre des chiens” est un roman noir, amer, une ode à l’embrasement, à l’incandescence des révoltes.

janvier, 2024
11.50 x 21.70 cm
192 pages


ISBN : 978-2-330-18614-2
Prix indicatif : 19.90€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Bâtissant progressivement sa mécanique du malaise, le roman, ultra-désenchanté, alterne les points de vue à la première personne. “Logée dans un nuage d’orage”, Dolorès ne veut pas s’en laisser conter quand son interlocuteur n’est pas dupe : ni de ce qu’on attend de lui, ni de la construction du discours de la prisonnière. En faisant de Dolorès une anti-héroïne écorchée plus instinctive que réfléchie, l’auteur dépolitise sa violence.

Anne-Lise Remacle, FOCUS VIF

Difficile ne pas se laisser happer par ce roman en rouge et noir aux personnages presque banals, cette histoire cruelle et inquiétante qui flirte parfois dangereusement avec la réalité.

Florence Dalmas, LE PROGRÈS / LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ / VAUCLUSE MATIN

La tonalité du roman est étonnante, rageuse !

FRANCE INFO - La Matinale du week-end

Dolorès et Antoine s'expriment chacun à leur tour à la première personne, et leurs visions se heurtent et se complètent. Ils parlent violence, révolte, mal de vivre. L'époque y est décortiquée et jugée. C'est écrit dense, serré. On pense parfois au jeu du chat et de la souris qui opposait Lino Ventura et Michel Serrault dans Garde à vue. Comme dans le film de Claude Miller, la vérité va se faire jour, et son explosion ne laissera intact aucun des deux. 

Hubert Prolongeau, MARIANNE

Fable noire contemporaine de lutte contre le patriarcat et le machisme, Dolores et le ventre des chiens atteint parfaitement son objectif. C’est glaçant, éprouvant et une fois de plus la puissance de l’écriture de Civico emporte tout. Un roman fort ! 

NYCTALOPES

Au-delà des descriptions de la vie carcérale, de l’indifférence de Dolorès et de l’apparente médiocrité du psy, l’auteur décrit une société qui s’embrase. Il garde une écriture sèche pour suggérer l’étouffement de ces deux personnages qui n’auraient jamais dû se rencontrer, parle d’une « tristesse d’égout » pour résumer leur destin mais surprend le lecteur par un final inattendu.

Christine Ferniot, LIBÉRATION

Sans complaisance, sans cynisme ou saillies gratuites, Alexandre Civico définit les contours de cette fissure et l’impossibilité apparente d’une réconciliation sociale. Il décrit à merveille combien Antoine, bourgeois blasé et drogué, archétype au sein de la littérature française, croit être le héros de ce récit, alors que c’est bien le nom de Dolorès qui apparaît sur la couverture du roman. C’est d’ailleurs peut-être le message de ce texte sombre, intelligent et rugueux [...].

Benjamin Fogel, PLAYLIST SOCIETY

C’est noir comme du Léo Malet ou du André Héléna, noir et contemporain. Immanquable. 

Renaud Monfourny, PHOTOBLOG

Alexandre Civico revient avec une critique féroce du machisme et du consumérisme sexuel. 

Lionel Germain, SUD-OUEST

Lui est au bord du gouffre, elle ne regrette rien. Leurs face-à-face en prison dessinent la cartographie d’un pays déchiré, rongé par la souffrance, l’oppression des plus faibles et l’irrémédiable impuissance qui peut étreindre les gens normaux. 

Sébastien Dubos, LA DÉPÊCHE DU MIDI

La langue est superbement travaillée, les phrases affûtées, les métaphores poétiques, le style a du tranchant, du coffre et du panache.

Michel Abescat, FRANCE INTER - Le polar sonne toujours deux fois

Du même auteur