fbpx Le mont Fuji n'existe pas | Actes Sud Aller au contenu principal

Le mont Fuji n'existe pas



C’est l’histoire d’une écrivaine qui transforme les personnes qu’elle rencontre en personnages. C’est l’invention d’un nouveau genre littéraire : le brain porn, porno mental qui installe le lecteur dans la tête de l’auteur. Depuis ce poste de guet, il devient témoin privilégié de l’excitation qui fait vibrer l’écrivain-espion, l’écrivain-vampire, et échafaude avec la narratrice les scénarios intimes de son désir de fiction. Le mont Fuji n’existe pas contient plusieurs romans possibles, dont l’auteur divulgue les rouages secrets. Dans l’ombre d’un monstre-minotaure chez qui tout est blanc sauf l’âme, sur les traces d’une “cliente mystère” qui dit la vérité puisqu’elle finit toujours par avouer qu’elle a menti, chez un professeur de philosophie qui s’enchante de posséder une toile de maître vierge… partout, aux quatre coins du monde, l’écrivain traque l’inspiration dans une chasse aux papillons aussi sauvage que poétique. Il y a les facéties du destin, la logique toute-puissante de l’improbable, l’incroyable et parfois chamanique aplomb du réel. Et il y a, limpide et malicieuse, la langue d’Hélène Frappat qui nous permet de l’observer soufflant sur les braises de la fiction potentielle et d’éprouver avec elle son exaltation face à la porosité extrême entre la littérature et la vie.


Découvrir le site de la rentrée

février, 2021
11.50 x 21.70 cm
240 pages


ISBN : 978-2-330-14419-7
Prix indicatif : 20.00€



Où trouver ce livre ?

(…) comment un roman qui devait mettre en scène une galerie de « personnages » est finalement devenu un recueil de microfictions peuplé de « personnes ». (...) La voilà « vampire », détective, témoin ou actrice de ces récits notés souvent sur le vif dans des carnets, accueillis comme des offrandes.

Véronique Rossignol, LIVRES HEBDO

Hélène Frappat revendique un « brain porn », une invitation à entrer dans sa tête pour cheminer au côté de ses pensées secrètes au fil d’évocations fugaces qui charrient ses propres émotions et transforment des rencontres en rapports abstraits. (...) Personne n’est à l’abri de pénétrer ainsi à son insu dans un roman.

SUD-OUEST

Ecrire, c’est interpréter le monde à l’aune des signes qu’on s’est donnés. L'auteur nous livre un grand vertige sans niveau, où chaque vérité est un écho.

Camille Elise Chuquet, LIRE/ LE MAGAZINE LITTÉRAIRE