fbpx Par une espèce de miracle | Actes Sud Aller au contenu principal

Par une espèce de miracle

Sous-titre
L'exil de Yassin al-Haj Saleh



Pendant une année, Justine Augier fait l’aller-retour entre Paris, où elle habite pour la première fois depuis la fin de ses études, et Berlin où elle rend visite à Yassin al-Haj Saleh, un des esprits les plus libres et les plus lucides de la dissidence contre le régime d’Al-Assad, pour remonter avec lui le fil de sa vie syrienne, de son exil forcé, d’une histoire personnelle intimement tressée à celle, violente, de son pays (seize années dans les prisons du père avant de rejoindre la révolution contre le fils). Accompagnant son apprivoisement de ce nouveau temporaire berlinois, elle arpente avec Yassin son trajet de lecteur, étroitement lié à l’expérience carcérale, et sa rencontre par les livres avec la pensée et les écrivains européens de l’après-guerre, au premier rang desquels Hannah Arendt et Walter Benjamin. Par une espèce de miracle nous ouvre ce dialogue fécond qui explore les points de résonance entre la tragédie de la Syrie et le passé de l’Europe, avec la volonté urgente de croire que la justice pourrait rendre au peuple syrien la dignité que sa révolution écrasée a tenté d’arracher, et dessiner une alternative au désespoir.


Découvrir le site de la rentrée

janvier, 2021
11.50 x 21.70 cm
336 pages


ISBN : 978-2-330-14456-2
Prix indicatif : 21.80€



Où trouver ce livre ?

Livre intense au cœur duquel elle a placé la voix, les mots, la pensée de cet intellectuel et écrivain, figure de l’opposition démocratique syrienne, aujourd’hui en exil à Berlin. (...) un récit singulier et exigeant, parfois ardu à force de densité - comme inspiré notamment par la grande Svetlana Alexievitch et la puissance de dénonciation de ses romans de voix. (...) Par le contexte qu’il décrit - la Syrie contemporaine, en proie à la double barbarie du régime dictatorial de la famille al-Assad et du jihadisme - et par sa forme mêlant étroitement narration et réflexion. Par une espèce de miracle s’inscrit dans la continuité de De l’ardeur, le très beau livre que Justine Augier a consacré il y a quatre ans à Razan Zaitouneh. (...) Se tenir du côté du vivant, pour l’intellectuel syrien dont Justine Augier retrace ici le parcours, de l’enfance paysanne du côté de Raqqa jusqu’à l’exil berlinois, cela a consisté à identifier, nommer et affronter le nihilisme d’un régime tyrannique dont la pérennité est fondée sur des crimes atroces.

Nathalie Crom, TÉLÉRAMA

Le sujet principal dont se saisit Justine Augier dans ce livre est déjà immense. Et elle l’élargit encore en explorant des fonds inattendus. Par sa stature intellectuelle et son parcours personnel, Yassin al-Haj Saleh est une référence pour les démocrates syriens d’abord, et plus largement pour la nouvelle libre pensée arabe. (...) Le récit progresse au rythme des conversations et des rencontres faites au cours de plusieurs allers-retours pendant une année entre Paris, où elle habite, et Berlin. Il devient parfois déroutant, surtout pour qui n’est pas familier des affaires syriennes, mais c’est ainsi qu’il ouvre de sublimes horizons. A travers la quête de son personnage, c’est tout le monde des Syriens en Allemagne que l’on découvre.

Hala Kodmani, LIBÉRATION

Du même auteur