Aller au contenu principal

Trois femmes disparaissent



Quand le cinéma et la vie s’allient pour fabriquer du romanesque féroce, l'œil de l’écrivaine s’allume. Qu’ont en commun "Les Oiseaux", "Marnie", "Body Double", "Working Girl", "Le Bûcher des vanités" et "Cinquante nuances de Grey" ? Autrement dit, deux indéboulonnables classiques d’Alfred Hitchcock, la bande image des années 1980 et le plus grand phénomène de porno-soft de notre époque ? Leurs héroïnes : Tippi Hedren, Melanie Griffith, Dakota Johnson, trois femmes activement disparues de mère en fille…
Sur le mode d’une narrative non-fiction réinventée, Hélène Frappat signe une enquête arachnéenne sur le réel proprement surréaliste d’une lignée de stars hollywoodiennes maudites. Et nous fait *voir* comme jamais ce que nous avions pourtant sous les yeux *depuis le début*.


Rentrée d'hiver 2023

« J’AI TOUJOURS AIMÉ LES FUGITIVES.

Dans les romans et les films, c’est une femme qui marche trop loin sur la plage, s’écarte de ses habitudes, s’éloigne de sa vie, change de direction. L’heure du dîner est passée depuis longtemps quand elle entre dans un hôtel anonyme et prend une chambre sous une nouvelle identité. Parfois elle a même eu le temps de se débarrasser de ses anciens vêtements et d’endosser une perruque.

Que fuit-elle ? Elle-même ne le sait pas. Peut-être attend-elle, dans sa chambre d’hôtel vide, qu’un détective la retrouve et prenne en note, sur son petit carnet noir, le récit de la fugue qui l’a menée là ?

J’ai toujours aimé les actrices.

J’ai cinq ans, je dois veiller tard. Au Cinéma de minuit, je suis foudroyée par l’apparition de Rita Hayworth dans Gilda. Des semaines durant, je pose inlassablement à ma mère la même question : « Comment elle s’appelle, la dame ? » Je m’endors en mâchant maladroitement les syllabes de son nom.

Sur l’écran – du cinéma, de notre mémoire –, les actrices font en grand ce que font toutes les femmes. Les actrices sont en grand ce que tous les êtres humains sont.

J’ai toujours aimé les détectives.

Petite, je me prenais pour Fantômette. J’embarquais mes camarades de classe dans des filatures clandestines. La rue est souvent louche aux yeux d’une enfant.

Il y a vingt ans, hypnotisée par le documentaire de Rosanna Arquette, Searching for Debra Winger, sur une star hollywoodienne disparue des radars, j’ai écrit un article pour La Lettre du cinéma. Je pressentais que « le fantôme, ou le fantasme de toute actrice, c’est disparaître, en continuant à exister ».

Il m’a fallu vingt ans pour écrire ce fantôme, et ce fantasme. Vingt ans pour partir à la recherche de mes trois héroïnes : la grand-mère Tippi, la fille Melanie, la petite-fille Dakota. Pour faire revivre l’enfant détective. Pour enquêter sur une histoire louche, une histoire sale que le monde entier avait depuis des décennies sous les yeux, sans jamais vouloir la regarder en face. Les écrivaines détectives amnésiques sont tenaces : elles ne lâchent l’enquête que lorsque tous les recoins de l’énigme ont été éclairés par la magie inquiétante et bienfaisante d’un récit qui rend à chacun sa mémoire.”

H. F.

janvier, 2023
11.50 x 21.70 cm
192 pages


ISBN : 978-2-330-17412-5
Prix indicatif : 20.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Avec Trois femmes disparaissent, Hélène Frappat signe un livre hanté par le cinéma. Une enquête subjective et ésotérique, où elle enfile l’imper mastic d’un inspecteur Columbo exégète pour traquer dans plus de 50 ans d’histoire du cinéma hollywoodien, et à travers la tragédie sophocléenne d’une lignée d’actrices iconiques : Tippi Hedren, Melanie Griffith et Dakota Johnson, les signes d’une domination organisée et répétée, celle d’une maltraitance cinématographique et patriarcale, et d’une disparition organisée, qu’on a longtemps pas voulu voir et qui maintenant saute aux yeux.

Antoine Guillot, FRANCE CULTURE - Plan Large

Hélène Frappat reconstitue la folle histoire de ces trois générations de femmes qui crèvent littéralement l'écran. Visage et corps exposés, ceinturés, torturés et sublimés : un crime de famille où le cinéma est à la fois le coupable, le complice, le remède et la vengeance.

Marguerite Baux, ELLE

Hélène Frappat explore ces trois destins au fil d’un livre vertigineux, en forme de jeu de marelle, entre vie et trépas. Elle lance ses mots-cailloux de plus en plus loin dans les cases où ces femmes furent enfermées, provoque des éclaboussures d’associations d’idées et d’images, traque les schémas répétitifs des existences, ramasse les poussières d’étoiles mortes.

Marine Landrot, TÉLÉRAMA

Avec une ironie délicate et une vraie empathie pour ces trois stars déchues, Hélène Frappat endosse le rôle d'une détective pour sonder dans ce passionnant livre enquête la généalogie de ces trois stars hollywoodiennes déchues.

BAZ'ART

Hélène Frappat se présente comme une détective, tout au long du livre, qu’elle habille avec autodérision de l’imperméable de l’inspecteur Colombo. Le limier Frappat établit des liens, a des intuitions et de façon très ludique entraîne le lecteur dans ses déambulations cinéphiliques.

Frédéric Fanchette, LIBÉRATION

Hélène Frappat, critique aux Cahiers du cinéma, mène l’enquête et raconte le destin de ces femmes secouées par la machine hollywoodienne, tout à la fois victimes de la violence des hommes, de la sexualisation à outrance et de la misogynie.

Léonard Desbrières, LE PARISIEN WEEK-END

Une enquête sidérante et vertigineuse.

La détective ne néglige rien, cite les faits, les dates, les propos de Tippi Hedren et mentionne en notes toutes les références, sans nuire à la virtuosité de son récit.

Monique Pétillon, LE MONDE DES LIVRES

Hélène Frappat signe une enquête d’un genre inédit sur le destin de cette lignée de stars hollywoodiennes.

FRANCE 2 – Passage des arts

Ongles et griffes, lacération, domination-soumission, sauvagerie et révolte. Autant d’ingrédients qui forment le leitmotiv d’un texte vibrant.

Isabelle Spaak, LE FIGARO LITTÉRAIRE

Se dessine en toile de fond une analyse […] bigrement ludique de la triple carrière de ces interprètes-là, où les coups reçus par Dakota Johnson dans Cinquante nuances de Grey et ses suites sont vus comme des prolongements de la façon pas très humaine dont Alfred Hitchcock traitait sa grand-mère sur les tournages des Oiseaux puis de Pas de printemps pour Marnie, tournés coup sur coup en 1962 et 1963. Une délicieuse incursion hollywoodienne à laquelle ne manque qu'une dimension cauchemardesque façon Mulholland Drive.

Thomas Messias, SLATE.FR

C'est un roman diablement cinématographique que signe là Hélène Frappat. Cinématographique... et mystérieux. [...] Un roman au propos original qui interroge la liberté et la féminité à trois époques différentes. Saisissant. 

Gaspard Iris, TÉLÉ Z

Un essai brillant.

Julien Burri, LE TEMPS

Tippi Hedren, Melanie Griffith, Dakota Johnson : l’autrice documente avec fantaisie la généalogie fracassante et fracassée de trois stars hollywoodiennes. 

Hélène Frappat, conteuse hors pair, humoriste et lettrée délicate, parle de « légende moderne »

Gérard Lefort, LES INROCKUPTIBLES

Un des livres que j’ai préféré de cette rentrée littéraire. […] Un exercice de style […] un très beau collage, un patchwork très bien écrit. C’est très beau !

Ambre Chalumeau, TMC - Quotidien

Glissant de film en film, l’enquête nous plonge dans une mémoire personnelle guidée par l’identification, avec ce besoin de comprendre une vérité des actrices, comme si le regard de toute spectatrice était inévitablement lié à une relation traumatique avec ce que lui montrent la grande majorité des films, y compris ceux adorés.

Fernando Ganzo, LES CAHIERS DU CINÉMA

Le lecteur les découvrira, conduit par la fascinante sagacité d’Hélène Frappat dans cette inquiétante et sensible fugue à trois sujets composés avec une étourdissante virtuosité.

Alain Nicolas, L'HUMANITÉ

Dans le passionnant Trois femmes disparaissent, à la fois enquête stylisée, roman féministe et ovni cinéphile, l’autrice Hélène Frappat détricote délicatement le tissu de violence qui enferre une lignée d’actrices : Tippi Hedren, violentée par Alfred Hitchcock, sa fille Melanie Griffith et sa petite-fille Dakota Johnson, héroïne SM de Fifty Shades of Grey. Entretien avec une généalogiste du septième art.

Thomas Jean, MARIE-CLAIRE

De son écriture raffinée comme des ongles peints, elle griffe les images dont les femmes sont captives et ménage une brèche, une échappée belle. Du grand art. 

Élisabeth Philippe, L'OBS

Une enquête passionnante. 

Olivia Gesbert, FRANCE CULTURE - Bienvenue au (Book) Club

Ce roman est aussi un essai magistral sur le cinéma et un vibrant manifeste pour la liberté des femmes.

BIBLIOTECA