Aller au contenu principal

État de terreur



Un nouveau président entre en fonction après quatre années marquées par un repli des États-Unis sur le plan des affaires internationales. Quand une série d’attentats terroristes met à mal l’ordre mondial, la secrétaire d’État fraichement nommée est chargée de constituer une équipe capable de déjouer un complot meurtrier, scrupuleusement conçu pour tirer profit d’un gouvernement américain déconnecté. Coécrit par Hillary Rodham Clinton, la 67e secrétaire d’État américaine, et Louise Penny, romancière dont l’œuvre caracole en tête des listes de meilleures ventes du New York Times, État de terreur est un thriller de haut vol sur fond d’intrigues internationales. Depuis les coulisses, on assiste au déploiement d’une situation dramatique nourrie de détails que seule une initiée peut connaître.


Également disponible en version audio

avril, 2022
14.50 x 24.00 cm
512 pages

Lori SAINT-MARTIN
Paul GAGNÉ

ISBN : 978-2-330-15565-0
Prix indicatif : 23.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Le livre a les qualités d’un page-turner, et il est amusant de suivre Ellen dans les décors mêmes où Hillary Rodham Clinton a officié pendant de longues années.

Didier Jacob, L'OBS

On ne va pas le cacher : on a dévoré ces 500 pages. On prend l'avion avec la secrétaire d’État Ellen Adams, on tremble avec elle pour son fils journaliste Gil et on s'inquiète quand elle bluffe face à des chefs d'État retords.

Claude Combet, ALIBI

Hillary Rodham Clinton et Louise Penny vous plongent avec État de terreur dans les arcanes d'un gouvernement complètement déconnecté confronté un incroyable univers de complots...

FÉMITUDE

Ça sent le vécu, et c’est très bien !

Bernard Cattanéo, LE SEMEUR HEBDO, LE COURRIER FRANÇAIS (DORDOGNE)

À charge pour l’ancienne Première Dame (1993-2001), sénatrice (2001-2009) et secrétaire d'État des États-Unis (2009-2013) de fournir les détails et portraits de la vie du sérail qui nourrissent ce thriller géopolitique, dans lequel une série d’attentats terroristes met à mal l'ordre mondial.

Martine Fréneuil, LE QUOTIDIEN DU MÉDECIN, LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN

Et qui de mieux qu’une ancienne titulaire de la fonction pour nous décrire les coulisses du pouvoir ?

FRANCE DIMANCHE

Un thriller dont seule une initiée peut connaitre les détails.

Michel Nivoix, ENTREPRISES MAGAZINE

L'une, Hillary Rodham Clinton, connaît les arcanes du pouvoir comme personne. L'autre, Louise Penny, est une des reines du polar. À elles deux, elles nous troussent un thriller politique redoutable.

Françoise Feuillet, AVANTAGES

Quand l’ancienne première dame des États-Unis et la reine du polar canadien font plume commune, cela donne un thriller de haut vol.

Stéphanie Lohr, ICI PARIS

La plus célèbre femme politique – retraitée – du continent, Hillary Clinton, vient de s’associer à son amie, la romancière canadienne Louise Penny, pour écrire État de terreur, un thriller politique. L’histoire d’une secrétaire d’État américaine – tiens, tiens ! - confrontée à un complot contre son pays, avec danger nucléaire et implication russe à la clé. Toute ressemblance avec des faits réels, passés ou actuels, ne serait que pure coïncidence…

Jean Hurtin, LIRE MAGAZINE LITTÉRAIRE

On comprend à la lire, combien elle a dû subir les explications d’hommes arrogants partants du principe qu’elle ignorait tout du sujet en discussion ; combien elle a dû prêter attention à son apparence pour donner l’image d’une femme sûre d’elle, même quand elle ne l’était pas. Ces notations vécues donnent à ce roman à clé une crédibilité qui le distingue d’autres ouvrages ayant la géopolitique mondiale pour toile de fond.

Luc de Barochez, LE POINT

 On vous le dit, l’ouvrage est passionnant. Et on ne peut s’empêcher de vouloir démêler la fiction de la réalité.

Jean-Marc Rapaz, GÉNÉRATIONS MAGAZINE

Le roman bénéficie évidemment de la parfaite connaissance de l’une des autrices des arcanes du pouvoir à Washington. Effets de réel garantis. D’autant plus que la fiction se nourrit d’évènements géopolitiques récents, comme le retrait américain, sous l’administration Trump, de l’accord sur le nucléaire iranien. Hillary Clinton ne se prive pas au passage de régler ses comptes avec Donald Trump. Et c’est un régal. Sous le nom d’Éric Dunn, le voici habillé pour l’hiver. Les deux autrices ont le sens du trait.

Michel Abescat, site de TÉLÉRAMA

On ne saurait montrer plus d’exactitude pour créer un vaste champ d’observations, et l’atmosphère d’angoisse y est remarquablement exprimée, grâce aux charges d’explosifs placées entres les lignes des pages. Violentes déflagrations garanties. On comprend qu’il ait obtenu la faveur du public états-uniens.

Anne-Marie Mitchell, LA MARSEILLAISE

Parsemé de clins d’œil au milieu politique de Washington, et porté par un personnage féminin bien campé, État de terreur ravira les supporters d’Hillary Rodham Clinton.

Clémentine Goldzsal, ELLE

Le rythme et les rebondissements d’État de terreur sont dignes de la série 24 heures chrono, avec ses taupes terrées au cœur du système, ses bombes à retardement, ses messages truqués, ses opérations simultanées et ses fausses pistes sur le sort d’un enfant du protagoniste.

Une fiction endiablée sur fond d’intrigues multilatérales de haut vol.

Isabelle Lesniak, LES ÉCHOS

C’est captivant !

Hillary Rodham Clinton passe haut la main l’exercice du roman à suspense. Il y a de l’action, un portrait du président russe plus vrai que nature, des négociations secrètes et une critique féroce de l’ancien président Trump. Même quand elle écrit de la fiction, plutôt bien, Hillary Rodham Clinton fait de la politique.

Ilana Moryoussef, Le 7/9, FRANCE INTER

Ça barde. Et c’est forcément immersif, la principale intéressée connaissant par cœur les méandres de l’administration américaine.

Didier Jacob, L'OBS

État de terreur est une réussite.

Ce livre bénéficie aussi de sa connaissance des rouages et des lieux du pouvoir, sans même parler de sa fréquentation des plus importants dirigeants de la planète. Qu’il s’agisse de Donald Trump, de Vladimir Poutine ou des hauts dignitaires iraniens, toute ressemblance avec des personnages existants n’est donc en rien fortuite. État de terreur n’a toutefois rien d’un roman à clé. Tout en demeurant dans le possible et le vraisemblable, il conserve la liberté et la force addictive d’une fiction.

Mireille Descombes, LE TEMPS

Le déroulement de l’intrigue est explosif. L’arme secrète des deux auteures : l’amitié féminine.

Sylvie Lecoules, LE TARN LIBRE