Aller au contenu principal

Les Sept Divinités du bonheur



Aoyagi Takeaki, un homme d’une cinquantaine d’années, est assassiné au pied de la statue du dragon ailé qui orne le pont de Nihonbashi, à Tokyo. Une enquête apparemment simple pour l’enquêteur Kaga, fraîchement arrivé au commissariat d’un quartier d’affaires prospère de la capitale. Mais les apparences sont parfois trompeuses : comment servir la vérité lorsque le suspect numéro un s’avère innocent ?

septembre, 2022
13.50 x 21.50 cm
304 pages

Sophie REFLE

ISBN : 978-2-330-16807-0
Prix indicatif : 23.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

On apprécie toujours, dans cette nouvelle enquête, l’acuité d’observation et de déduction de Kaga qui fait notre admiration. [...] Et de rebondissement en rebondissement, comme en montage alterné, Keigo Higashino nous fait faire le pèlerinage des sept divinités du bonheur ! À lire absolument !

Camille Douzelet & Pierrick Sauzon, ASIEXPO

C’est un passionnant portrait de ville et de société : les petites boutiques hors du temps de Nihonbashi, une crise économique qui frappe les plus précaires, un père absorbé par son travail et dont les autres membres de la famille ignorent tout, une société où il ne faut surtout pas faire de vague, surtout ne pas nuire à l’image de ceux pour qui on travaille. Et tous les drames qui en découlent…

Alice Monard, LE JOURNAL DU JAPON

Roman à l’écriture fluide et aux personnages attachants, Les sept Divinités du bonheur se dévore en quelques heures à peine, tant la mécanique développée par l’auteur est efficace.

Vincent Penninckx, LE SURICATE

L’intrigue est béton, très surprenante, documentée et met l’accent, à l’image de la Coréenne Hye-Young Pyun, sur la précarité de la vie et la pression exercée sur les salariés japonais. Aucun temps mort, on suit Kaga qui a de plus la bonne idée de ne pas nous saouler avec ses problèmes personnels. Et sans être le polar de l’année, Les sept divinités du bonheur, fait généreusement le job.

NYCTALOPES

Une intrigue policière aussi bien qu'une exploration sensible de la société japonaise, de ses failles et de ses forces. Le tout porté par une écriture fine, qui finit d'envelopper ce roman d'une teinte particulière, de lui donner un rythme, non pas lent, mais doux. Un bonheur de lecture à renouveler au fil de l'œuvre de cette pointure du roman policier japonais.

Anne-Sophie Hache, LA VOIX DU NORD