fbpx Festival d'Avignon 2021 | Actes Sud Aller au contenu principal

Festival d'Avignon 2021

Avignon 2021

 

L.  Gaudé

gaudé

LAURENT GAUDÉ

La Dernière Nuit du monde

Premier monologue de Lou

Elle reste seule, se lève. Le lit, le bandage, rien de tout cela n’existe plus.

LOU. Oui. Ça commence. Tu vas partir à l’autre bout du monde, je vais aller mieux, tu seras rassuré. Tu pourras te concentrer sur ce que tu as à faire là-bas. La dernière nuit du monde. Tu travailleras comme un fou. Les derniers discours à boucler, les derniers accords à parapher… Jusqu’à la dernière minute de la dernière journée. Puis, le dernier soir viendra. Tu penseras que c’est le moment de profiter un peu, que tu as bien le droit de voir ce que tu as contribué à bâtir. Tu sortiras dans la rue pour te joindre à la foule. Mais le dernier soir, ils vont t’appeler. Ils prononceront ton nom, avec un point d’interrogation. Ils le répéteront pour s’assurer que c’est bien toi. “Vous êtes bien… ?” Ce genre de phrase. Tu diras “Oui”. Tu sentiras immédiatement que c’est grave, que cela va être douloureux. Il y aura un silence qui te semblera bien long. Mais tu ne pourras rien faire d’autre qu’attendre et te préparer à recevoir la nouvelle. Puis ils parleront. Le ton de leur voix deviendra de plus en plus doux, au fur et à mesure que ce qu’ils auront à dire sera de plus en plus dur. Est-ce que tu pourras venir ? Ce ne sera pas eux qui te le demanderont. Non. C’est moi : est-ce que tu pourras venir ? Plus près ? Plus vite ? Je sais que tu ne pourras pas. Le monde sera à l’arrêt. Aucun avion. Aucun train. Tout sera bouclé pour une grande mise à jour des logiciels planétaires. Tu ne pourras pas mais je te le demande quand même : est-ce que tu pourras venir ? Pour que tu sois là, tout à côté de moi ? Que nous soyons deux aux dernières heures de la dernière nuit ?

Également disponible en livre numérique.

 

 

 

 

 

 

Mise en scène de Fabrice Murgia.

Création du 7 au 13 juillet à 22 h

Relâche le 11 juillet

Cloître des Célestins

 

 

O.

 

Py

OLIVIER PY

Hamlet à l’impératif

 

HAMLET. Permettez-moi d’essayer encore quelques traductions de “To be, or not to be”, on n’en fait pas si facilement le tour.
Descartes : je pense donc je suis.
Rimbaud : je est un autre.
Pascal : je te parie qu’on se reverra
Parménide : tout est dans tout et vice versa.
Platon : la vérité est ailleurs.
Freud : le moi, le je ou le ça, tout est énigme.
Wittgenstein : taisez-vous.
Lacan : je dis toujours la vérité.
Wittgenstein, dix ans plus tard : faites-moi signe si vous voulez qu’on se revoie.
Lacan, un peu plus tard : je suis le discours de l’autre.
Heidegger : il est bon de dire qu’il y a de l’être.
Iago : je suis celui qui n’est pas.
Gloria Gaynor : I Am What I Am.
Heidegger, dix ans plus tard : j’attends.
Macbeth : ce qui est n’est pas et ce qui n’est pas est ce qui est.
Nietzsche : Dieu n’est plus dans la question de l’être et Hamlet peut rencontrer son destin.
Schopenhauer : si le monde n’existait pas, la musique existerait quand même.

(extrait chapitre 1, page 46)

Également disponible en livre numérique.

 

 

 

 

 

 

Mise en scène d’Olivier Py

Création du 6 au 23 juillet à 12 h et 18h

Relâche les 11, 14, 18 juillet

Jardin Ceccano

 

KingDom

kingdom

ANNE-CECILE VANDALEM

Kingdom précédé de Tristesses et Arctique

 

— Scène 2 —

La famille est assise à table. Les enfants ouvrent des cadeaux que R leur a apportés. Ils sont intrigués par la caméra. Michka croque une plaquette de chocolat à pleines dents. Daryna déballe une couronne de fleurs en tissus et l’essaye. Anja, un chapeau de pirate, qu’elle passe directement. Le visage en partie caché dans ses mains, Nastassja scrute le réalisateur. Elena prépare du café. Vania feuillette des magazines de motoneige.

PHILIPPE. On a quitté l’Europe il y a trente ans avec ma femme, Lisa, et mes trois fils. On est arrivés ici. On a monté une tente et puis on a commencé à construire.

LAURENT. On était à table. Le père, il nous a regardés et il a dit, “On s’en va”. Comme ça. (À Philippe.) Tu t’en souviens ? J’avais huit ans, comme toi Michka. (Elena sert le café.) Mon petit frère, il était pas d’accord. Il s’est levé, il a jeté son assiette à travers la cuisine, et il est parti d’un seul coup ! Il s’est enfui de l’appartement. On l’a retrouvé le lendemain matin, frigorifié et recouvert de… (Il s’interrompt et rit.) Il était allé se réfugier sur le toit de l’immeuble ! Puis les pigeons, ils lui avaient fait caca dessus pendant la nuit ! Il était couvert de fientes de pigeon !

Également disponible en livre numérique.

 

 

 

 

 

 

 

Kingdom

Mise en scène de Anne-Cécile Vandalem

Création du 6 au 14 juillet, à 22 h

Relâche le 11 juillet

Cour du lycée Saint-Joseph

 

 

Mur

 

Mur invisible

MARLEN HAUSHOFER

Le Mur invisible

Roman traduit de l'allemand par Liselotte Bodo et Jacqueline Chambon

 

Aujourd'hui cinq novembre je commence mon récit. Je noterai tout, aussi exactement que possible. Pourtant je ne sais même pas si aujourd'hui est bien le cinq novembre. Au cours de l'hiver dernier quelques jours m'ont échappé. Je ne pourrais pas dire non plus quel jour de la semaine c'est. Mais je pense que cela n'a pas beaucoup d'importance. Je n'ai à ma disposition que quelques rares indications, car il ne m'était jamais venu à l'esprit d'écrire ce récit et il est à craindre que dans mon souvenir bien des choses ne se présentent autrement que je les ai vécues.

Ce défaut est sans doute inséparable de tout récit. Je n'écris pas pour le seul plaisir d'écrire. M’obliger à écrire me semble le seul moyen de ne pas perdre la raison. Je n'ai personne ici qui puisse réfléchir à ma place ou prendre soin de moi. Je suis seule et je dois essayer de survivre aux longs et sombres mois d'hiver. Il est peu probable que ces lignes soient un jour découvertes. Pour l'instant je ne sais pas si je le souhaite. Je le saurai peut-être quand j'aurai fini d'écrire ce récit.

 

Mur invisible

 

Le Mur invisible

Mise en scène de Chloé Dabert et Lola Lafon

Création du 21 au 23 juillet à 22 h

Cour du Musée Calvet

 

 

MADANI

 

9782330151775

AHMED MADANI

Incandescences

 

Après Illumination(s) et F(l)ammes, Ahmed Madani poursuit son aventure théâtrale Face à leur destin. Jeunes hommes et jeunes femmes sont réunis dans Incandescences, mêlant réalité et fiction, pour évoquer ensemble la force et le bouleversement qu’impliquent leurs premières amours et tous leurs questionnements (le rapport au corps, à la famille, à l’altérité, à la création).

Ils partagent une histoire commune, celle d’aujourd’hui et de demain, celle des quartiers populaires dans lesquels ils vivent et celle de leur condition sociale.

Entre héritage familial et rêves d’avenir, au croisement de l’histoire, de l’intime et de la poésie, ils livrent un récit universel porteur d’espoir et de dignité, qui dessine les nouveaux contours, plus lumineux et prometteurs, d’une identité française réhabilitée.

 

 

 

Incandescences

Mise en scène d’Ahmed Madani

Représentations du 7 au 30 juillet à 11 h, sauf les mardis

Théâtre des Halles

 

 

 

rencontre festival

RENCONTRES AU FESTIVAL : débats, lectures, exposition

 

“Le souffle d’Avignon”, cycle de lectures au Cloître Benoît XII du Palais des papes

Laurent Gaudé : lecture d’un texte inédit, 12 juillet à 18 h.

Le Festival côté Livre : Les 17 et 18 juillet à 11h et 17h.

Eugène Durif (17 juillet à 17h), Eva Doumbia (18 juillet à 17h) et Ahmed Madani (18 juillet à 17h) Lola Lafon (18 juillet à 11h).

“Voix d’auteurs” : Les Fictions de France Culture (avec la SACD), dans la cour du musée Calvet

Le 15 juillet à 20 h : Simon Abkarian, lecture d’un texte inédit.

Le 17 juillet à 11h : Lecture du Iench d’Eva Doumbia.

« Se souvenir de l’avenir » - Le 13 juillet à 22 h :

Pour célébrer les 100 ans d’Edgar Morin, un dialogue inédit avec le penseur de la complexité, ponctué par des interventions théâtrales et musicales.

Avec Christiane Taubira, Judith Chemla et Nicolas Truong.

Lecture d’un extrait de Traces, Felwine Sarr par les élèves du TNS : le 15 juillet, Église des Célestins dans le cadre de Douze Heures des auteurs avec Artcena

La Chapelle du Verbe Incarné organise trois conférences-rencontres-débats autour de Races et Théâtre de Sylvie Chalaye, du blackface et de l'appropriation culturelle, les 20, 21, 22 juillet.

Exposition de Yan Pei-Ming, Tigres et vautours (catalogue de l’exposition Actes sud)

Le grand artiste d’origine chinoise est invité à Avignon pour une double exposition : une série d’œuvres monumentales réalisées spécialement pour le lieu dans la Grande Chapelle du Palais des papes, et une large sélection d’œuvres datant des années 1980 à nos jours à la Collection Lambert.

Le 11 juillet à 20 h au Musée Calvet, rencontre autour du livre de Blandine Masson, Mettre en ondes avec Sandrine Treiner, Olivier Py et Blandine Masson.

Déconstruire les récits dominants pour porter un autre regard sur le monde (Ateliers de la pensée) : avec Sylvie Chalaye, Éva Doumbia, Hakim Bah, le 20 juillet à 14 h 30 (Église des Célestins)

 

Le off d'avignon

 

AVIGNON C’EST AUSSI : Festival Off d'Avignon | du 7 au 30 juillet

 

Les auteurs Actes Sud sont également présents dans le OFF !

Incandescences Ahmed Madani, Incandescences | Du 7 au 30 juillet au Théâtre des Halles (11h, relâche les mardis)
SosiesRémi De Vos, Sosies | Du 7 au 30 juillet au Théâtre des Halles (19 h, relâche les mardis)
3 rupturesRémi De Vos, 3 ruptures | Du 6 au 31 juillet au Théâtre de l’Atelier Florentin (11 h, relâche les 12, 19 et 26 juillet) | Du 7 au 31 juillet au Théâtre des Brunes (15 h, relâche les 13, 20 et 27 juillet)
J’ai trop d’amisDavid Lescot, J’ai trop d’amis | Du 6 au 25 juillet au Théâtre de la Manufacture (10 h 40, relâche les 12 et 19 juillet)
L'OdysséeMarion Aubert, L’Odyssée | Du 16 au 25 juillet au Théâtre des Carmes (10 h, relâche le 19 juillet) | Du 10 au 31 juillet dans La Cour du spectateurs (18 h, relâche les 11, 18, 25 juillet)
Mimoun et ZatopekVincent Farasse, Mimoun et Zatopek | Du 7 au 27 juillet à Artéphile (14 h 30, jours impairs)
Sonia Chiambretto, Chto | Du 7 au 26 juillet au Théâtre du Train bleu (20 h 25, relâche les 13 et 29 juillet)
Mike Kenny, Le Garçon à la valise | Du 7 au 28 juillet au Nouveau Grenier (10 h, relâche les 12, 15, 19, 26 juillet
Denis Lachaud, Ma Forêt fantôme | Du 7 au 29 juillet à Présence Pasteur (21 h 25, relâche les 12, 19, 26 juillet
Carole Fréchette, Les sept jours de Simon Labrosse et Jean et Béatrice | Du 7 au 31 juillet au Théâtre Le Castelet (19 h 30, relâche les 12, 19, 26 juillet)
Jérôme Ferrari, Un dieu un animal | Du 7 au 26 juillet au Train Bleu (12 h, relâche les 13, 20 juillet)
Jean-Michel Ribes, Théâtre sans animaux | Du 7 au 19 juillet au Al Andalous (13 h)
Henrich Von Kleist, Penthésilée | Du 20 au 31 juillet au Humanum 149 (13 h, relâche le 26 juillet)
Katarina Mazetti, Le Mec de la tombe d’à côté | Du 7 au 28 juillet au Nouveau Grenier (13 h 40, relâche les 12, 19, 26 juillet)
Joël Pommerat, Cendrillon | Du 7 au 31 juillet au théâtre des Corps Saints (21 h 20, relâche les 13, 20, 27 juillet)
Éric-Emmanuel Schmitt, Le Visiteur | Du 7 au 31 juillet au Théâtre Actuel (18 h 55 et 21 h 05, relâche les 13, 20 et 27 juillet)
Diastème, La nuit du thermomètre | Du 9 au 25 juillet au théâtre Bo (21 h 30, relâche les 15 et 22 juillet)
Serge Kribus, Thélonius et Lola | Du 7 au 31 juillet au Théâtre du Chêne noir (10 h, relâche les 12, 19, 26 juillet )
Laurent Gaudé,  Sang négrier | Du 7 au 29 juillet au Théâtre des Barriques (13 h 05, relâche les13, 20, 27 juillet
 

Retrouvez tous les spectacles des auteurs Actes Sud et leurs actualités sur notre site et nos réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram, YouTube.

Lisez notre Saison #1